Recherche
Entrer des mots:
19-11-2017
Accueil arrow Courrier envoyé arrow A Madame la Ministre Nelly OLIN
A Madame la Ministre Nelly OLIN Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

A Madame la Ministre Nelly OLIN

                     Madame la Ministre,

Collectif pour la Défense Salindres, le 13/03/2006
de la Qualité de la Vie à Salindres
2 rue du Centenaire Péchiney
30340 SALINDRES


A Madame la Ministre Nelly OLIN (extraits)


Madame la Ministre,


Par courrier du 04/02/2006, notre « Collectif », fort d’une pétition de 2000 signatures a fait part aux services du Premier Ministre de notre opposition au projet d’implantation d’une usine de tri compostage de déchets sur la Commune de Salindres. (à noter qu’il ne s’agit pas de tri sélectif, mais d’ordures grises résiduelles, d’une unité de 13.000m² ayant à traiter de 50.000 à 66.000 tonnes par an)
Dans sa réponse du 15/02/2006, la Chef du Service des interventions du Premier Ministre, Madame Nicole MARTIN nous communique :
« Après avoir pris connaissance avec une grande attention, et compte tenu de l’objet de votre démarche, votre correspondance, ainsi que l’article du Midi Libre, joint à celle-ci, a été transmise à Madame Nelly OLIN, Ministre de l’Ecologie et du développement durable et à Monsieur le Préfet du Gard, aux fins d’un examen attentif. »

Le Collectif pense qu’il est aussi de son devoir de vous signaler la présence du C.A.T. de l’Oustalado du Valat d’Arias à 300 m de ce projet d’usine.

 La Direction du C.A.T., prévenue par nos soins, nous a adressé le courrier suivant : (extrait)
« Soyez informé toutefois que notre Association / AAPEI, à travers des positions publiques et écrites aux partenaires de la situation, y compris les autorités publiques, a fait connaître ses plus expresses réserves sur cette situation, qui présente des dangers de qualité de vie pour nos ressortissants. » (Ateliers du Valat d’Arias MC/PYR n°59 2006 du 06/02/2006)

Deux mille signatures déposées chez huissier et une forte opposition (plus de 500 personnes à une réunion organisée par le Collectif dans un village de 3200 âmes pour expliquer le projet tant sur le plan technique, juridique, sanitaire) rejettent la construction de cette usine, dont le principe même est déjà dépassé.

Salindres a payé son tribut depuis 1855 (implantation de l’usine chimique de Péchiney) : ce n’est pas une raison d’arguer d’une zone SVESO 2. pour recevoir maintenant les ordures résiduelles non triées de 108.000 habitants, dans une usine prototype et à l’entrée de la ville.

Comme l’indique le Midi Libre du 28/01/2006, le Collectif a exposé de manière didactique un travail d’investigation de trois mois et proposé des solutions, notamment le tri sélectif et le compostage individuel par petites unités dans chaque commune. (ou groupe de communes) comme cela se fait à Gagnières dans le Gard.

Tous les médecins des villes de Salindres, Rousson, St Privat des Vieux (excepté un cabinet médical), Les Mages, St Julien, Mons se sont déclarés opposés et ont signé le texte suivant :
« Vu l’opacité du dossier, le manque d’informations précises données par nos élus, vu les risques non évalués des répercussions possibles sur la santé des habitants et riverains, vu le potentiel de dangerosité non évalué à ce jour (en cas de pannes, d’erreurs humaines) et nuisances associées à cette usine qui récolterait les ordures de 108.000 habitants (60.000 tonnes par an) Les membres du corps médical soussignés se déclarent opposés à l’implantation de l’usine de tri compostage sur la Commune de Salindres. » (...)

Les personnes handicapées sont des citoyens à part entière. Il nous faut agir pour « le respect des droits à leur dignité » (D.GILLOT Handicap et Société 13/02/2002) et qu’elles aient « la liberté de choisir leur mode de vie » (R. BACHELOT Handicap et Société 13/02/2002)
Outre les personnes précitées, il y a bien sûr toute la population chez qui monte un vent de colère.

Nous n’oublions par votre attachement au principe de précaution ainsi qu’à la Charte de l’Environnement, Loi constitutionnelle, que le Député local Max ROUSTAN Président du SMIRITOM (initiateur de ce projet) n’a pas votée. Ceci explique peut-être cela.
Outre une action au Tribunal Administratif de Montpellier, une demande au Sous-préfet d’Alès d’entamer une procédure de déféré, nous allons transmettre ce dossier à la DGCCRF, à La Cour Régionale des Comptes, ainsi qu’au Procureur de la République pour favoritisme.
Espérant que vous saurez vous pencher sur ce dossier qui pour nous revêt une importante et une gravité extrêmes, nous vous prions, Madame la Ministre de recevoir nos respectueuses salutations.

Le Collectif pour la Défense de la Qualité de Vie à Salindres

PS : vous pourrez trouver toute information complémentaire sur notre site Internet :
www.salindresvillepoubelle.com

< Précédent   Suivant >

Compteur

personnes ont visité ce site
Copyright 2000 - 2005 Miro International Pty Ltd. All rights reserved.
Mambo is Free Software released under the GNU/GPL License.