Recherche
Entrer des mots:
20-04-2018
Accueil arrow Revue de Presse arrow Nice-Matin 20 février 2006
Nice-Matin 20 février 2006 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Compostage: un nouveau projet et ... une nouvelle crise

Un des projets du futur centre de compostage du bassin cannois. Comme les autres projets, il s'intègre dans le paysage. Rien ne sera décidé avant le mois de juin. En attendant, aucun des maires du SIVADES ne veut voir le centre s'installer sur sa commune.

UN CENTRE de compostage des ordures ménagères doit impérativement être construit dans le bassin Cannes-Grasse avant 2010. Un appel à candidature a donc été lancé par le SIVADES "" pour le construire. Un investissement de 35 millions d'euros pour être en règle avec la loi et se débarrasser, autrement qu'en décharge, de la moitié des 100 000 tonnes annuelles de déchets produites par l'Ouest des A.-M.

Une prime à la commune d'accueil
Le projet est loin d'être nouveau mais il bloque depuis trois ans sur le choix du terrain d'implantation. Aucun maire n'a voulu d'un centre de compostage sur sa commune. Le syndicat relance donc le dossier mais quel élu acceptera aujourd'hui ce qu'il refusait hier? « La commune qui recevra le centre aura des compensations financières. » explique Maxime Coullet, président du SIVADES.

Aucun maire ne veut de ça chez lui
Aujourd'hui, deux sites sont concernés par l'appel d'offre, Grasse et Pégomas. A Grasse, Jean-Pierre Leleux, maire et président de Pôle Azur Provence, refuse catégoriquement le projet actuel. Gilbert Pibou à Pégomas, en fait autant. Et ce ne sont pas les 150 à 400 000 € de prime qui les feront changer d’avis : c’est une carotte dont personne ne veut, aucun maire ne veut de ça chez lui. Et quand bien même je ne me représenterais pas aux élections, je ne peux pas laisser ça arriver sur ma commune! » s'agace Gilbert Pibou.
Le centre de compostage envisagé devrait pourtant être un centre « HQE »,.de haute qualité environnementale : »Zéro pollution,zéro odeur et une intégration totale dans le paysage », résume Didier Casoli, directeur général du syndicat.
Les élus, eux, retiennent surtout les nuisances dues à la circulation des camions qui amèneront chaque jour leurs chargements de déchets.
« Lors du vote pour le projet, en juin, j'espère obtenir une majorité. Si on n'y parvient pas,il y aura de quoi désespérer des volontés politiques », résume Maxime Coullet.

Situation de crise
Et ce n'est pas tout. Il n'y a n'a pas non plus de solution pour les déchets dits ultimes : 40 000 tonnes annuelles qu'on ne peut ni composter ni trier. Le site de la Glacière qui sert aujourd'hui de décharge ne pourra plus être utilisé en 2010 et le projet de Barbossi qui devait s'y substituer à Mandelieu est bloqué par le maire Henri Leroy. Vous avez dit crise?

_______________________________________________________________________
Une grosse différence entre ce projet et celui de "poubelle compostage de Salindres"

Les maires des villes préssenties sont totalement contre... et comme nous les comprenons !

Tandis que notre maire a demandé l'usine de" poubelle compostage"sur notre commune, nous avons trouvé un oiseau rare: c'est le seul maire en France qui veuille accueillir un tel projet !

Nous n'avons vraiment pas de chance à Salindres.


 

< Précédent   Suivant >

Compteur

personnes ont visité ce site
Copyright 2000 - 2005 Miro International Pty Ltd. All rights reserved.
Mambo is Free Software released under the GNU/GPL License.