Recherche
Entrer des mots:
26-06-2019
Accueil arrow Informations arrow démocratie populaire à la salindroise
démocratie populaire à la salindroise Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

CONSEIL MUNICIPAL

Actualisé le 23 mars 2007. Il est facile de comprendre maintenant pourquoi Daniel Verdelhan n’a pas jugé bon de lire la lettre de démission de Madame Simone Bonnaure, lors du dernier Conseil Municipal de Salindres. Voilà ce que dit cette élue démissionnaire

 « Je ne suis pas du tout d’accord avec la venue à Salindres de l’usine de tri-compostage. (…) J’aurais aimé que vous demandiez aux Salindrois leur avis par referendum. Cela s’appelle tout simplement la démocratie. Or, le conseil municipal dans son ensemble et vous-même, imposez à vos concitoyens quelque chose qui leur fait peur et dont ils ne veulent pas. Je ne peux pas dans ces conditions, continuer d’approuver, même passivement cette façon d’agir. »

Merci à cette élue qui rappelle à Daniel Verdelhan un mot qu’il a rayé de sa mémoire :  "DEMOCRATIE". Cette helléniste aurait pu lui rappeler que cela signifie en grec ancien : "souveraineté du peuple". Merci à cette élue démissionnaire de rappeler aux  autres membres du Conseil Municipal qu’ils seront aussi responsables que le Maire devant les Salindrois.

Il faut souligner néanmoins l’incroyable hypocrisie et incurie Salindroise : le Maire de Salindres n’a jamais eu le courage de proposer un vote , une motion officielle lors d’un conseil municipal, pour demander : Mesdames, Messieurs les élus : « Robert Courbier, Yves COMTE, Gilbert DEL CONFETTO, Christian GRAS, Bernard GRAVEZAT, Michel SISTERON, Jean-Pierre ROUDIERE, Evelyne GARD, Huguette BARROT, Michel BELLAGAMBA, Brigitte CRUVELLIER, Henri FRANCE, Jean-Raymond GARCIA, Chantal GUILLEMET, Claude MERLE, Jean-Claude PERTHUS, Véronique RIOS, Josette ROUX, êtes-vous POUR ou CONTRE mon projet, que soutient Max Roustan, d’implanter une usine de traitement des déchets de 108.000 habitants sur notre Commune de Salindres ? »

Suite de l'article publié avant l'actualisation

Une démission de plus ce soir dans l'équipe soudée de Daniel Verdelhan. Le Maire va publier sa nième lettre au frais du contribuable pour essayer de rectifier les propos qu'il a tenus en public sur Radio Grille Ouverte  (brûler les déchets ultimes dans l'Usine Chimique de Salindres) et pour essayer de contrer le journal de Mars de l'ADISL.

Après Annie Chareyre et Christian Mouton, pour cause d'Usine Poubelle et de manque de démocratie au sein du Conseil, encore une démission : Madame Simone Bonnaure quitte l’équipe soudée de Daniel Verdelhan. Les élus et citoyens présents n’ont pas su quelle était la raison de cette démission, le Maire n’ayant pas jugé bon de lire la lettre de Madame Bonnaure. Il a fait le commentaire suivant : « notre collègue était souvent absente ces derniers temps » et a rappelé qu’elle avait été à l’origine du jumelage avec Antikira.

Monsieur le Maire nous préprare-t-il psychologiquement à la  démission prochaine de notre adjoint à l'environnement, le sémillant Michel Sisteron, qui n'est jamais présent au Conseil Municipal ?

Le Maire va  essayer de rectifier maladroitement son dérapage verbal et de se justifier après avoir tenus des propos irresponsables : «  j’ai un rêve, c’est de transformer les 40 % de déchets ultimes en granulés et de les faire brûler dans des chaudières spéciales dans l’Usine de Salindres pour faire économiser le fioul et le gaz » L’ADISL, comme elle en a l’habitude n’affirme rien sans preuve. Dès la publication de la nième lettre du Maire (payée, comme d’hab avec l’argent des Salindrois) nous mettrons en ligne les fichiers audio avec les propos de Daniel Verdelhan, non seulement sur son rêve de faire brûler les déchets ultimes dans l’Usine Chimique de Salindres, mais également sur l’envol du montant des taxes des ordures ménagères. Nous rafraîchirons ainsi la mémoire de notre Maire en lui faisant entendre ses propres paroles.

Le Maire va écrire dans sa réponse que la taxe des ordures ménagères ne s’envolera pas, que ce projet d’Usine Poubelle est bien une usine de petite taille et qu’il n’y aura pas plus de 50.000 tonnes de traitées. Ce disant, Daniel Verdelhan reconnaît donc qu’il y a aura bien des ordures venant d’autre communes hors SMIRITOM, puisque il nous dit sans arrêt qu’il y aura moins de 35.000 tonnes avec le départ de la Grand-Combe…. Qui limiterait le tonnage à venir et la noria de camions ? Un Maire qui est impuissant face aux odeurs ? Fariboles !

Dans son futur journal le Maire ne dira pas pourquoi son projet d’Usine Poubelle est meilleur que celui de l’ADISL, parce que ça ne l’intéresse pas et qu’il n'a pas lu le projet de l'ADSIL, ni étudié (pas plus qu’il ne connaît en fait le projet du SMIRITOM). Vous ne trouvez pas étonnant que des élus qui savent parfaitement que notre Association a élaboré un projet, n’en parlent même pas ? Logiquement, ils devraient détruire par un argumentaire implacable notre projet…Eh bien, non ! Quand il n’a aucun argument, que fait l’élu basique ? Il fonce, il avance, il laboure, il se fout de l’avis des autres : l’élu, il est l’ELU, celui qui SAIT , celui qui connaît."La VERITE", celui que tous doivent écouter religieusement, et devant qui tous doivent se courber… 

Bientôt, en poussant un peu notre Maire (il semble tendu en ce moment) et à force de l'entendre dire "il faut trier, il faut trier, il faut trier", vous verrez qu'il va nous proposer le projet de l'ADISL....

Après avoir abordé le budget 2007, et la délégation de service public pour l'eau, l'équipe soudée a terminé la soirée autour du traditionnel bio-carburant.

l.p.p.

< Précédent   Suivant >

Compteur

personnes ont visité ce site
Copyright 2000 - 2005 Miro International Pty Ltd. All rights reserved.
Mambo is Free Software released under the GNU/GPL License.