Recherche
Entrer des mots:
26-06-2019
Accueil arrow Informations arrow L'ARGENT ROI
L'ARGENT ROI Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

L'ADSIL est pour un traitement écologique des déchets ménagers, indépendant du Lobby des déchets. Comparaison entre le projet du lobby des déchets défendu par Roustan - Verdelhan - Archer (les trois têtes pensantes du SMIRITOM) et celui de l'A.D.I.S.L.

une partie de l'assistance !

Réunion ADISL 2 février 2007

L’ADISL a été récompensée une fois de plus ce 2 février 2007. Le travail de dix huit mois n’a pas été vain : le nombre des participants en fut la preuve. L’ADISL a démontré le peu de sérieux du projet du SMIRITOM, et ses contadictions flagrantes, mais, en tant que force de proposition,  a présenté son projet alternatif,  précis, chiffré et étayé par les interventions de quatre experts qui pratiquent quotidiennement  le traitement et la valorisation des déchets dans leurs Communes respectives .

Ce projet n’est pas une utopie, mais une approche citoyenne bien réelle, pragmatique et réfléchie, qui n’est pas basée sur le gaspillage de l’argent public, mais sur la responsabilité et l’engagement de chacun. La question est en effet précise : que faire de nos déchets ? Il nous faut désormais apprendre à les considérer comme une matière première valorisable, une source d’emplois et ne plus se contenter d’avoir une vision politique à courte vue, qui est la position actuelle de la grande majorité des élus qui marchent au pas derrière Max Roustan, Daniel Verdelhan et Jean-Claude Archer. De plus, le projet de l'ADISL est reproductible et serait applicable même à Alès, si les élus voulaient bien s'en donner la peine.

Nous avons enfin appris ce soir le véritable tonnage des déchets du SMIRITOM. Max Roustan, Daniel Verdelhan et Monsieur LANOIR, ingénieur en environnement du SMIRITOM ont en effet, malgré nos demandes réitérées refusé de nous donner le tonnage réel actualisé, (y compris les "fameux" D.I.B. : les Déchets Industriels Banals). Ce tonnage serait actuellement de 85.000 tonnes et non de 40.000 tonnes comme cela est proclamé et écrit par le SMIRITOM. Nous vous donnerons très rapidement les documents prouvant le tonnage que nous avançons.

 

SMIRITOM

ADISL

Projet Industriel réalisé dans la précipitation

Projet de développement durable, donc d’avenir

40.000 t /an avouées (plus du double en réalité). Noria de camions, routes inutiles à construire, nuisances, risques, ICPE

Petites unités de 4500 t/an, peu de transports, pas de nuisances, pas d’infrastructures routières coûteuses.

Solution applicable même à Alès. (4 unités)

Compost invendable (ordures grises) qui sera donné de force aux autres communes.

Compost de qualité (fermentescibles) qui sera vendu et recherché!

Tri à la source bâclé nécessaire, car il faut alimenter l’Usine Poubelle.

Tri à la source de qualité car il faut valoriser la matière première que représentent les déchets

Faible taux de recyclage.

Déchets = ressources : 80% de recyclage

Encombrants à  enfouir ou incinérer

Encombrants à démonter (revente des matières premières) ou à réparer et revendre

12 emplois à risques (maladies professionnelles) pour 108.000 habitants

10 emplois normaux créés pour 13000 habitants (soit 7 fois plus) favorise la réinsertion des chômeurs.

16.3 M € rien que pour l’Usine Poubelle. (11 milliards de centimes de Francs!)  

20.000 € par plateforme de compostage (200.000 € pour la totalité des communes du SMIRITOM)

90 €  rien que pour le traitement d’une tonne de déchets (l’enfouissement des déchets ultimes n’est pas compris, ni le transport de ces derniers)

112 €  la tonne de déchets (mais cette somme comprend l’achat et l’amortissement des camions de transport, le transport, les salaires, et le stockage des déchets ultimes)

Création  de quais de transferts inutiles et coûteux

Pas de quais de transfert

Recettes quasiment nulles, un gouffre financier

Vente du compost, vente des matières premières recyclées (aluminium, plastiques, papier, carton, verre), vente des encombrants rénovés.

Taxe sur les Ordures Ménagères incontrôlable, déterminée par l’exploitant privé.

Gestion de proximité par les Communes, contrôlée par les élus.

Population non motivée, le tonnage des déchets augmentera et comme l’a dit Max Roustan une deuxième usine sera créée

Diminution de la production des déchets par l’éducation et la prise de conscience des habitants et baisse de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères.

Un projet élaboré par des élus pressés de se débarrasser d’un problème au profit des industriels du déchet

Un projet élaboré par des citoyens responsables qui pensent aux générations futures.

Et nous ne parlons pas le l’idée saugrenue d’envisager d’amener en train les ordures en traversant l’usine de Rhodia (SEVESO 2) où sont stockées jusqu’à 300 tonnes d’acide fluorhydrique anhydre.

L’ADISL n’a rien inventé. Sa Commission « Déchets » a travaillé durant 18 mois, s’est déplacée et a fait la synthèse de ce qui se fait déjà en France et ailleurs en Europe. Notre projet existe donc déjà et fonctionne. Il rassemble ce qui marche ailleurs et ce qui nous a semblé le plus écologique, le plus économique et le plus chargé d’avenir. Il ne tient qu’aux élus de prendre conscience qu’on peut avoir parfois besoin d’un plus petit que soi. Notre plus grand souhait est d’être entendus et écoutés et de participer avec les élus et les instances de l’Etat à la réalisation et la mise en place ce projet alternatif. L’ADISL saura s’effacer et rester à la place qui est la sienne quand les élus le prendront en charge. Le rôle de notre Association ne sera plus alors que celui d’une aide à l’éducation des populations et du suivi de ce mode innovant du traitement de nos déchets.

l.p.p.

< Précédent   Suivant >

Compteur

personnes ont visité ce site
Copyright 2000 - 2005 Miro International Pty Ltd. All rights reserved.
Mambo is Free Software released under the GNU/GPL License.